Une loi oblige en effet désormais les entreprises à communiquer à l’administration l’identité de l’auteur d’une infraction routière commise avec un véhicule de société.
 

Selon Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, le nombre de PV pour excès de vitesse touchant des véhicules de société aurait été divisé par 4 depuis janvier.

Votre opinion

Postez un commentaire